The crazies est un remake du film de George A. Romero, un film au même nom de 1973. Cette fois-ci, il a été réalisé par Breck Eisner qui a aussi réalisé le film Sahara.

The crazies se situe dans une petite ville des États-Unis auquel des phénomènes étranges surviennent. Les habitants deviennent semi légume, ont un regard quasi inexistant et semblent vouloir tuer à tout prix pour aucune raison. David Dutton, le shérif de la ville, se rend compte rapidement du problème et tente d’avertir la population de tout cela, mais l’armée s’en mêle et met toute la ville en quarantaine. David, qui réussi à se libérer, va devoir libérer sa femme enceinte qui a été mis en quarantaine.

Ce film, je dois avouer, vous tiendra dans l’ambiance et dans le suspense tout au long du film. Ça commence très rapidement, pas d’introduction qui dure un quart du film, là, on passe aux choses sérieuses dès le début. J’ai vraiment aimé ça car ça tient le téléspectateur dans l’histoire sans décrocher ou en attente d’action.

Il s’agit bien sûr d’un film d’horreur, le sang et les meurtres étant en gros plan dans ce film. Une ville qui devient littéralement folle et assoiffée de sang, c’est très bien démontrée avec les différentes actions des fous. J’ai bien aimé aussi le fait qu’on peut remarquer quelques symptômes bien précis qui nous fait savoir si une personne est ou pas atteinte du virus qui les rend fou, mais sans en être 100% sûr.

Je n’ai malheureusement pas vu l’original de 1973 encore, je ne peux donc pas comparer si l’histoire se ressemble et si c’est mieux ou pas. Cependant, je peux vous dire qu’en tant qu’amateur de l’horreur, j’ai adoré ce film. J’avais lu plusieurs critiques qui donnaient des scores plutôt moches, mais souvent c’est trompeur, comme dans ce cas-ci pour moi.

The crazies, ou les détraqués, est un excellent film qui saura vous mettre dans un suspense tout au long du film avec un bonne touche d’horreur. J’ai bien aimé le personnage secondaire du député, je le trouvais drôle et particulièrement bien joué par Joe Anderson et qui joue, si on veut, un rôle clé au film ! J’espère que ce scénario n’arrivera jamais en vrai !