La licence Battlefield c’est fait connaître sur pc, il y a quelques années, avec Battlefield 1942, un fps presque qu’exclusivement orienter vers le multijoueur tout comme les deux titres qui suivirent (Battlefield 2 et Battlefield 2142). Alors lorsque j’ai vu cette nouvelle version avec une campagne solo, j’ignorais à quoi m’attendre, mais j’avais une certaine hâte d’y jouer.

La campagne solo de « Battlefield : bad company 2 » est, avant tout, la réponse faite par les développeurs à leur concurrent direct « Call Of Duty Modern Warfare 2 ». Attendez-vous à une campagne pleine de rebondissements et d’une intensité qui fera monter l’adrénaline dans vos veines ! Bien que les concepteurs ont indiqués avoir voulu faire une campagne plus « réaliste » et « sérieuse » , le scénario est aussi exubérant qu’un scénario d’Hollywood.

La où le tout se complique, dans le bon sens du terme, est au niveau de la « couverture » de votre personnage. Dans un FPS aussi intense, la couverture est le seul moyen de reprendre des forces et de recharger vos armes. Cependant, lorsque le décor peut-être entièrement démoli et où la physique des objets (densité de la matière) est scrupuleusement respectée, il est difficile de trouver une couverture adéquate ! J’ai perdu le nombre de fois où je me suis fais tuer par une roquette tirée contre le mur où j’étais et me retrouver sous une pluie de balles.

Le choix des armes lors des missions a été faite à la manière qu’une mini-quête dans le jeu. Au fur que vous trouverez de nouvelles armes, celle-ci seront ajouté dans les caisses d’armes disséminés dans les divers niveaux. Comme le joueur est limité à deux armes à la fois, il faut choisir ses armes en conséquence. Cependant, les armes sont aussi un point faible, pour ne pas dire le plus gros point faible, de ce jeu. Malgré que les armes furent parfaitement reproduites dans le jeu, où chaque arme a des différences entre les dommages causés, la distance des projectiles et la précision, l’absence complète de l’effet de recul, propre à chaque arme, vient gâcher la perfection de la physique du jeu, si bien appliqué ailleurs.

C’est au niveau des voix française que le jeu m’as le plus déçu. L’accent de France y est présent pour notre personnage qui a, pour le noté, une voix d’annonceur télé plutôt que celle d’une soldat d’élite! En moins de 10 minutes, j’ai basculé sur les voix anglophone qui sont excellentes. Un autre point négatif vient du moteur utilisé pour le jeu qui semble avoir été mal calibré pour la brillance et la luminosité.