Quake Live vient de donner le coup d’envoi sur une nouvelle façon de jouer à des jeux, soit directement dans le fureteur. Et oui, vous avez bien entendu, jouer à des jeux de bonne gamme dans un fureteur ! J’ai eut l’occasion d’y jouer et voici mes impressions.

Tout d’abord, Quake Live est une reprise du populaire Quake 3. Si vous y avez déjà jouer, c’est le temps ou jamais de vous lancer dans l’aventure de Quake Live pour vous rappeler de bons souvenirs.

Le tout est bien simple. Il faut d’abord se créer un compte sur le site officiel et en quelques minutes, vous serez prêts à jouer. Il ne faudra qu’installer le programme nécessaire sur votre ordinateur, et le tout sera prêt pour votre navigateur.

Lorsque le processus d’installation est terminé (très rapide, pas de complications), c’est le temps d’apprendre à jouer. Vous aurez l’occasion de combattre contre Crash, qui permettra au jeu de connaître votre niveau, pour ainsi jouer contre des adversaires de taille. Souvent, dans des jeux de tirs à la première personne, c’est frustrant de commencer et de jouer contre des trop bons joueurs. Quake Live a réalisé quelque chose de fantastique sur ce point. Vous aurez quand même l’occasion de choisir des adversaires plus durs ou moins durs.

Tel Quake3, il y a plusieurs types de jeux différents disponibles, tel le « capture the flag », le fameux deathmatch, en équipe et un que j’adore, le « 1 shot kill », qui consiste à un arme qui tue en 1 coup, le seul arme utilisé dans ce genre de jeu. Donc c’est très varié et plaira à tous.

Le jeu est très beau pour un jeu qui est dans un fureteur ! Je n’ai eut aucun lag et c’est vraiment rapide. Si vous voulez de l’action, rejoignez une partie avec 15 personnes et plus, vous ne serez pas déçus.

En bref, tout amateur de jeu à la première personne se doit d’essayer Quake Live. Il est tout à fait gratuit et le jeu garde même les statistiques de chacun ( parties gagnés, total de personnes tués, temps joué, etc). J’ai bien hâte de savoir quel sera le prochain jeu à jouer dans un fureteur.